Tanger. Le Palais des Institutions Italiennes Patrimoine Architecture

Scroll this

Il y a un lieu à Tanger où se déroulent les événements culturels les plus importants de la ville. Sur plus de trois hectares appartenant à l’état italien, une église vide, un hôpital ouvert à tous et un palais splendide sont réunis derrière de hauts murs blancs. Comment ouvrir les portes de ce monument architectural? L’autorisation vient du Consul Honoraire de Tanger sinon il est difficile d’y pénétrer. Il y a bien aussi quelques fêtes privées, comme des mariages, qui s’y organisent, mais le visiter lorsque aucune activité n’y est programmée reste un privilège. Oui, le Palais des Institutions Italiennes se mérite.

Les plaques à l’entrée intriguent. Il y est question d’école. Où est-on? Passé la porte, l’entrée principale est sombre et étroite. Rien ne se produit. Et là, il miracolo. Une cour apparaît, une fontaine en son centre, parmi d’immenses palmiers, des pins, des orangers,… Et ces petits carrés de marbre qui forment le sol, et ces grandes arches qui délimitent le patio arabo-andalou, et ces délicats zelliges qui colorent les murs.
Il y a encore la cloche de cette école qui fut aussi un lycée technique italien, des années 1940 jusqu’en 1986. Lorsqu’il n’y a personne, on peut entendre, dans ces longs couloirs, les rires et les cris des Salvatore, Giuseppe, Alfredo, Roberto… Dans une des salles, bien à l’abri du temps, leurs cahiers de notes, leurs mappemondes, leurs dessins sont empilés sur des tables en bois qui servaient aux professeurs. Il reste encore au plafond dans certaines pièces des néons qui éclairaient leur apprentissage.
Peut-être ne voient-ils pas toute cette vie ceux qui viennent écouter du jazz ou découvrir de nouveaux ouvrages lors des manifestations culturelles. Pourtant, c’est grâce à eux que le palais revit aujourd’hui et qu’il peut être régulièrement restauré et entretenu.

Parce qu’au fond, que ce palazzo ait été la volonté d’un homme, le sultan Moulay Hafid, qu’il l’ait fait construire en 1914 sans jamais même le voir, que le gouvernement italien l’ait acquis en 1931, tout cela a peu d’importance à côté de ce travail d’orfèvre réalisé par les meilleurs artisans de l’époque. Les quatre salons finement décorés sont admirables, le parquet est d’origine, les vitraux sont discrets, et on sait maintenant pourquoi il se dit à Tanger que le Palais des Institutions Italiennes est l’un des plus beaux monuments de la ville.

Le Palais des Institutions Italiennes abrite, entre autres manifestations, le Salon International du Livre de Tanger et le Festival Tanjazz.

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Send this to a friend