Le palais El Badi, l’incomparable Les Incontournables

Scroll this

Il est en ruines, pourtant, il fut en son temps un vaste palais voulu par le sultan saâdien Ahmed El Mansour. Dès le début de son règne, il ordonna la construction d’un palais de réception et d’audience sur le site d’un jardin datant de la dynastie almohade.
El Badi, l’unique, l’incomparable, a été bâti avec des matériaux nobles du monde entier. Cinquante tonnes de marbre de Carrare, en Italie, furent payées, poids pour poids, en sucre. Les ouvriers étaient aussi des Européens et si l’architecte reste inconnu, le style de ce joyau est hispano-mauresque avec, en son centre, deux grands bassins.
Quatre jardins entouraient l’ensemble, composés de fleurs et d’arbres fruitiers, citronniers, orangers…

Des pavillons de taille différente aux plafonds incrustés d’or accueillaient les hôtes, la salle des audiences renfermait une multitude de coupoles sublimes, tout avait été pensé pour impressionner les visiteurs, des personnalités locales et des délégations étrangères. Les repas étaient servis dans de la vaisselle rapportée de Malaga ou de Valence, les boissons, versées dans des coupes d’or et d’argent. Toutes les grandes fêtes s’y déroulaient.

Lorsque la dynastie alaouite prit le pouvoir, le souverain Moulay Ismaïl fit détruire le palais El Badi. Aujourd’hui, pour traverser les époques et imaginer ces merveilles, une visite avec un guide s’impose.

 

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Send this to a friend