Le Musée du Judaïsme Marocain, précieux et unique Les Incontournables

Scroll this

On n’y arrive pas par hasard. Il faut connaître l’adresse et y venir en voiture. En cherchant du regard, au coin d’une rue, un petit panneau discret annonce: Musée. Face à l’entrée d’une villa de plein pied, une autre enseigne: Musée. Voilà. Vous y êtes. L’unique musée juif dans un pays arabe.
Le joli jardin zen accueille le visiteur qui vient ici pour retrouver un peu de ses racines, pour mieux connaître l’histoire du Maroc, par curiosité,… Mille raisons valent le détour. S’il a été créé en 1997 et qu’il est aujourd’hui géré par la Fondation du Patrimoine Culturel Judéo-Marocain, vous remarquerez sur sa façade cette appellation qui résume son histoire: Home d’Enfants Murdoch Bengio.

Cet orphelinat fut fondé en 1948 par Célia Bengio, veuve de Murdoch Bengio. N’ayant pas eu d’enfant, Célia Bengio s’y dédia entièrement. Cet orphelinat qui faisait aussi office d’école, jusqu’à la fin des années 1970, était destiné à la prise en charge des enfants juifs qui venaient de tout le pays. Puis, en 1995, la Fondation du Patrimoine Culturel Judéo-Marocain se crée et le musée ouvre deux ans plus tard. Sur plus de 600 m2, le riche patrimoine culturel et liturgique de la «judaïca marocaine» est mis en valeur et si vous avez la chance de venir en groupe (plus de 20
personnes), vous le parcourrez avec sa directrice et conservatrice, Zhor Rehihil, qui est une source intarissable de connaissances.

Un premier grand espace est réservé à l’exposition temporaire mais ce sont dans les trois autres salles que vous découvrirez vraiment la diversité des objets de culte des régions du Maroc, des bijoux berbères en argent, collectés dans les années 1950, une estrade datant des années 1940 et provenant d’une synagogue de Casablanca qui a fermé ses portes en 1997, des tenues traditionnelles du rabbin de Tétouan à la mariée de Fès,…

Les différents métiers exercés par des artisans marocains juifs au fil de l’histoire sont ici représentés. Au fond du musée, l’atelier du dernier bijoutier marocain juif de Fès, décédé en 2007, a été remis en l’état, outils compris.
Dans une pièce, c’est toute la petite synagogue Pariente de Larache, construite en 1930, qui a été reconstituée avec ses matériaux d’origine. Dans une autre, c’est une synagogue de Meknès.

Un travail de recherche, de collecte, de préservation et de communication, qui n’a pas de fin puisque le musée est toujours en quête d’objets culturels et de culte.  A votre prochaine visite à Casablanca, en plus de profiter du calme apaisant qui y règne, accordez vous du temps pour le visiter.

81 rue chasseur Jules Gros.
T: 212 (0)5 22 99 49 40

http://casajewishmuseum.com
Entrée à 40 dh

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Send this to a friend