Jnane Sbil Évasion Nature

Scroll this

avec la participation de Mounia Bennani, architecte-paysagiste

Il était une fois, au 18ème siècle, la volonté du sultan alaouite Moulay Abdellah de s’entourer d’un jardin de 7,5 hectares. Ce parc attenant au Palais Royal était un havre de paix et de repos.

«Sabil» en arabe signifie «chemin» et ici, l’histoire a laissé ses empreintes. Durant le protectorat français, le maréchal Lyautey décide de réaménager et structurer ce qui était, au départ, des vergers et des potagers. Il offre à la population ce jardin qui devient un lieu public et de passage entre Fès el Bali et Fès Jdid. Tous les habitants venaient s’y reposer, se retrouver, s’inspirer,…
Cette influence française est frappante lorsque vous arrivez par la porte principale, avec une vue dominante sur l’allée centrale. La perspective de symétrie se module très vite, prenant des airs andalous.
A l’autre bout du jardin, près de l’étang nourri par la rivière des perles, l’oued Fès, se trouve la place de l’étoile. Paradoxalement, ici, se sont réunis les nationalistes, luttant pour l’indépendance.

 

Jnane Sbil ou jardin de Boujloud, du même nom que la grande porte de la médina située à côté, vous séduira par son allée de washingtonias, ses immenses pins d’Alep, ses belles fontaines, ses systèmes hydrauliques d’époque. C’est que le parc, laissé à l’abandon, a été réhabilité et a rouvert ses portes en 2010, après plus de quatre ans de travaux. L’architecte Rachid Haloui et l’architecte-paysagiste Mounia Bennani ont respecté toute la conception d’origine. Les canaux d’irrigation à ciel ouvert, appelés «seguias», sont toujours là, de part et d’autre du jardin. La magnifique noria qui servait à arroser le potager domine le paysage, avec ce mécanisme hydraulique qui permettait d’élever l’eau en utilisant l’énergie du courant. Jnane Sbil est plus qu’un jardin, c’est l’un des joyaux de la ville de Fès.
Vous y découvrirez une dizaine d’espèces de cactées, un jardin de plantes médicinales, une forêt de bambous,… et si vous organisez une visite en groupe, vous aurez peut-être la chance d’être accompagnés par Hassan Raoui, le chef-jardinier et unique habitant du jardin. Depuis 1989, il y réside avec sa famille. Sous sa direction, vingt-deux jardiniers entretiennent Jnane Sbil. Hassan Raoui se rappelle de ce jardin qu’il a connu petit; il y jouait, lui, enfant de Fès. La vie a passé, il est devenu géomètre-topographe.

Sans conviction. Puis, c’est auprès de Marcel François, fondateur des Jardins Exotiques de Bouknadel, près de Rabat, que sa passion pour les jardins se révèle. Il apprendra durant deux ans. Il lui doit beaucoup à «Monsieur François»; il lui reste aujourd’hui une exigence d’être à la hauteur de cette nature et de beaux souvenirs. En 1987, il revient à Fès et, très vite, prend en charge la destinée de Jnane Sbil. Il y met toute son énergie, il sait que ce jardin est précieux et puis, il espère que l’un de ses enfants prendra la relève.

L’évasion est en plein cœur de la ville, réfugiez vous quelques heures au milieu des rosiers, des orangers, des citronniers, au pied des arbres majestueux et imaginez l’Andalousie heureuse.

Ouvert du mardi au dimanche, fermé le lundi.
De 10 h à ½ h avant le coucher du soleil.

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Send this to a friend