Deux légendes à Casablanca Mon Maroc

Scroll this

Ils sont venus à Casablanca, certains y ont vécu, d’autres n’y ont fait que passer. Les deux grands noms qui reviennent sont Marcel Cerdan et Antoine de Saint Exupéry mais il y eu Joséphine
Baker qui s’est produite au cinéma Rialto, Dalida, aux arènes qui n’existent plus. Et Yves Montand, qui cite Casablanca dans sa chanson Thé à l’amante…

Pour tous les Marocains, Marcel Cerdan est un Marocain, Français aussi, et Espagnol, par sa mère, mais chez lui, c’était ici, à Casablanca.
Marcel Cerdan est né en Algérie, en 1916, puis il arrive très jeune à Casablanca avec toute sa famille. Il a six ans, son père continue alors à y exercer son métier de charcutier et à pousser ses fils à faire de la boxe.
Le jeune garçon qui deviendra Champion de France, Champion d’Europe puis Champion du Monde, a grandi à Casablanca mais disputera son premier combat professionnel à Meknès. Son surnom de “bombardier marocain” lui sera donné à Paris, vers la fin des années 1930.
Mais il lui faut retourner au Maroc en 1939 où il sera affecté à la marine. C’est à Casablanca qu’il patientera. En attendant, il joue au football au Maroc, en professionnel, avec son ami Larbi Ben Barek, la “perle noire” du ballon. Une fois, il ira à Paris, pour le titre de Champion d’Europe, en 1942, où il rencontre José Ferrer qui combat pour l’Allemagne. Celui-ci ira quatre fois au tapis et Cerdan sort très vite, pour ne pas avoir à serrer les mains des officiers allemands. L’année suivante, il se marie avec Marinette Lopez, à Casablanca, avec qui il aura trois enfants.
Puis, il y aura les Etats-Unis, son titre de Champion du Monde, sa rencontre avec Edith Piaf et le début de leur idylle en 1948.

Le 27 octobre 1949, Marcel Cerdan, 33 ans, prend le vol d’Air France qui relie Paris à New York.
L’avion s’écrase aux Açores. En novembre,
soixante-dix mille personnes l’accompagnent au cimetière de Casablanca. Cerdan est devenu un mythe. Quarante-six ans plus tard, son corps est rapatrié à Perpignan.
Aujourd’hui, il reste un lieu qui n’est plus la propriété de la famille Cerdan mais qui porte encore son nom et dans lequel vous trouverez des photos. C’est dans ce même quartier, Mers Sultan, que Cerdan et sa famille vivaient. La Brasserie Marcel Cerdan a été achetée en 1948 au nom de Marinette Cerdan et ce sont les frères de Marcel Cerdan et sa femme qui ont géré le restaurant jusqu’en 1951.

Antoine de Saint Exupéry a été l’un des pilotes connus de l’Aéropostale, cette ligne aérienne
transatlantique consacrée au service postal. Engagé en 1926 par la compagnie Latécoère, qui deviendra l’Aéropostale, il relie Toulouse au Sénégal, en passant par Alicante et Casablanca.
Mais sa première rencontre avec le Maroc s’est passée quelques années plus tôt. Il arrive à Rabat pour y obtenir son brevet militaire au sein d’un régiment d’aviation des forces aériennes, lui qui a échoué à l’oral de l’école navale.
En octobre 1927, il est nommé chef d’escale à Cap Juby, à Tarfaya, dans le Sud Marocain. Il y apprend l’arabe, s’intéresse aux coutumes des habitants et écrit son premier roman: Courrier Sud qui sera adapté au cinéma en 1936 par le réalisateur Pierre Billon. Les scènes qui se situent en Afrique seront tournées à Essaouira.
En 1929, il reprend un temps la liaison Toulouse-Casablanca puis, part en Argentine. Cette parenthèse sud-américaine lui permet de rencontrer Consuelo et leur mariage a lieu en 1931. La même année, Antoine de Saint Exupéry est affecté à la ligne Casablanca-Port-Etienne.

Le couple s’installe dans la ville pour un an puis réaffectation et retour à Casablanca en juillet 1932 pour deux ans. Par ces allers-retours, Saint Exupéry a alors ses habitudes. La terrasse du Petit Poucet est son lieu de rencontre, avec des amis, et l’hôtel Excelsior est celui dans lequel il logeait lors de ces escales. Avec sa femme, il habite dans le palais du Glaoui, subdivisé en appartements.

Tous ces endroits existent encore, ils sont surannés. Pas tout le monde ne sait que des hommes d’exception se sont assis là, qu’il ont regardé dans la même direction, peut-être un peu plus loin et plus haut que les autres.
Est ce que ces deux géants se sont rencontrés? Peut-être se sont-ils croisés? Par leur fougue, leur passion et leur disparition à un jeune âge, ils sont devenus des légendes. Casablanca fait partie de leur histoire et ils font partie de l’histoire de la ville.

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Send this to a friend